Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Technologie   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Ramadan   |   Tribune du Consommateur   |   Société et Justice   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
    Lancement, aujourd’hui, des travaux du barrage Dar Khrofa...  
 
 
 
        
 
Après le lancement des travaux de grande envergure, voilà que l’on commence à construire carrément en hauteur sur les quais du Bouregreg. Alors que la vue qui donne sur l’autre rive doit être respectée, les aménageurs n’ont rien trouvé de mieux que de hisser un club de jet-ski sur la rive gauche sur l’ancien emplacement du club de l’aviron. Une provocation à l’esthétique de l’oued, qui gâche complètement la vue. Une aberration qui ne respecte aucun panorama. Car il faut comprendre une fois pour toutes que c’est le piéton qui marche à pied le long du fleuve qui supporte les agressions des constructions inutiles. C’est lui qui supporte les gaffes des paysagistes en panne d’idées qui n’ont pas fini d’improviser sur ce pauvre oued. Le piéton et non pas l’automobiliste qui passe en trombe pour qui on a aménagé une bretelle d’autoroute et qui ne profite d’aucune vue dans sa traversée à toute vitesse. Aujourd’hui, un jet-ski qui n’a ni tête ni queue sur ce quai qui doit rester vierge, des terrasses de café encombrantes et demain quoi encore à 1 ou 2 étages pour boucler toutes les vues ? Le plus beau, c’est que l’agence construit sans «khorssa», sans consulter la «borsa »… stop.

Difficile à un cadre qui maîtrise son métier de travailler dans une entreprise familiale où la sœur, le frère, l’oncle et la cousine sont aux postes de commande. Soit ça passe, soit ça casse. Le cadre à qui on confie la gestion d’un hôtel ou motel, une usine de textile ou une fabrique de tapis de sol doit composer avec tous les sons de cloche de la dynastie familiale, sinon il est cuit et il n’a plus qu’à chanter cui, cui, avant de prendre la porte, parfois sans indemnité après avoir été accusé de pratiquer de l’immunité. stop.  

La FNAC chez Morocco Mall de Casablanca, de quoi enrager Mega Mall de Rabat qui voit ses chances de développement se réduire comme une peau de chagrin. Mais on n’avance pas avec des bureaux où les décisions se font en solo, en circuit fermé. Cependant, l’arrivée de la FNAC à Anfa nous rappelle que la FNAC, au-delà des DVD, des jeux vidéo, des GPS, des livres, et des CD, c’est aussi le slogan choc de « l’agitateur » depuis des années. C’est aussi du spectacle, des signatures de livres et bandes dessinées, des exhibitions, prononcez exizibichen, etc., etc. Il n’y a pas que le business tout court. En sera-t-il de même à Casablanca ?

Les panneaux publicitaires – surtout à Casablanca où on vend toutes les peaux des ours avant de les tuer – sont en panne sèche. On les a placés n’importe où avec une wilaya muette et malvoyante à tel point qu’on n’a plus envie de les regarder et de scruter les slogans publicitaires. A Rabat, comme à Casa, le reste du bled est épargné, ils ne devraient pas être là où on les a plantés. stop.

L’association Robin des toits a déposé cinq nouvelles plaintes contre des opérateurs de téléphonie mobile, pour empêcher l’installation ou obtenir le démantèlement d’antennes-relais. A Quimper, une patiente ayant un implant dans le cerveau craint que cet appareil ne soit perturbé par la pose d’une antenne. A Paris, deux familles se plaignent de maux de tête, d’eczéma et de tachycardie. Les deux autres dossiers concernent des riverains de Nîmes et de Villeneuve-Les-Avignon (Gard). Les 4 et 16 février, Bouygues Telecom et SFR ont été condamnés par la justice à démonter deux antennes-relais, dans le Rhône et dans le Vaucluse. Le 5 mars, Orange France s’est vu refuser le droit d’ériger trois antennes près d’une école du Maine-Et-Loire. Au Maghreb, on n’en est pas arrivé là. Hamdou Lillah. stop.

L’insertion sociale des victimes des violations des droits de l’Homme sous les années plombées n’est pas un dossier clos. Il y a des cas de victimes qui n’ont pas pipé mot sur le calvaire qu’elles ont vécu. Dans les grandes villes comme dans les petits patelins où personne n’avait pensé qu’un jour l’IER viendra pour tendre l’oreille. Car, jusqu’à présent, l’Instance Equité et Réconciliation a attendu qu’on vienne se plaindre à elle pour ouvrir avec brio les dossiers. On peut dire que tous ceux qui ont souffert dans leur peau et leur esprit, n’ont pas tous été entendus et aidés à remonter la pente. Il est encore temps de les entendre. stop.

Les pauvres avec les pauvres « ahta l’mout ». Jusqu’à la mort, en effet. Un repris de justice qui a gagné 4 millions de centimes avec son tiercé et ses couplets, une formule décoiffante qui a dérouté les experts, a tout claqué avec ses copains et ses copines. Jusqu’au dernier sou en faisant la bringue autour de plats pantagruéliques et en distribuant à gauche et à droite. En donnant à tous ceux qui étaient dans le besoin. Tout son argent a été dilapidé en deux jours. La nouvelle de la cagnotte a fait le tour de son quartier populaire à Derb El Fokara. stop.

Il y a de plus en plus de centenaires au Maroc. Ce qui est tout de même un bon signe. Au Hay Chmâou, Lalla L’batoul Sbaï Derbaki a fêté ses 100 ans entourée de ses proches, ses voisins et ses amis. La vieille dame se rappelle de tous les grands événements du pays, de l’arrivée des vagues européennes jusqu’à l’époque d’El Boune et des grandes cérémonies royales. Ses enfants et ses petits-enfants ont salué avec joie la naissance d’une nouvelle dent dont la grand’mère est fière. La centenaire est d’une lucidité prodigieuse à faire pâlir des jeunots qui ne se rappellent même pas du dîner de la veille. stop.

L’ANAPEC devrait se pencher sur les grandes surfaces qui croulent sous les kopecks et qui recrutent peu de demandeurs d’emploi. Certaines parlent de « takachouf » alors que leurs profits ne se comptent plus. Des vendeurs sont parqués dans des rayons où ils deviennent des employés à tout faire. Le boulot pour deux, voire trois, est assuré par un seul salarié qui rentre le soir crevé après le transport que l’on sait. Pendant ce temps-là, les ressources humaines sont bloquées par moul chi li ma chaf oilou f’denia. Pauvres chercheurs d’emplois qui font du porte-à-porte pour rien. stop.

Julio Iglésias et Elton John, qui va jouer en Israël comme si c’était un voyage moralement neutre avant de venir à Mawazine, font partie d’une affiche alléchante pour les retraités - nombreux - à Rabat. Le Daily Mirror hooroh show a rapporté que Elton John a piqué une crise lors des Grammy Awards. A Mawazine, on prendra soin de la star hypersensible qui ne supporte par les improvisations… stop.

Hexagone. Le hijab entre dans la campagne électorale dans l’Essonne ou à Carcassonne, le petit Olivier Besançenot brouille les cartes avec une candidate à peine voilée et laïque… On n’aura pas tout vu. Le gourou du NPA, nouveau parti anti-capitaliste – ça alors ! – a mis tout le monde sur son dos. Nadine Morano, Xavier Bertrand et autres Laurent Fabius et Jean Paul Huchon qui ne sortiront pas indemnes de cette bataille de peluchons. Car, dans deux mois, personne ne reparlera de la dame voilée qui rappelle la dame aux camélius interprétée par Isabelle Adjani. stop.
9/2/2010
Lu 1864 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Les concours à l’économie dopent la masse monétaire
Des artistes peintres marocains exposent à Fès leurs regards sur l’art contemporain espagnol
Session de formation d’interprètes
Réponses aux questions du week-end dernier
Nouvelle faille critique dans les logiciels Microsoft
Les hackers rémunèrent les diffuseurs de programmes malveillants
Débit et coupure
Un nouveau régulateur des télécommunications pour l’UE
Quand le KAC retombe dans ses travers
Echos du Gharb

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Un match qu’il faut dépassionner
Les deux équipes arabes encore en compétition à la CAN 2010 en Angola, l’Algérie et l’Egypte, se ret
Mohamed IDRISSI KAÏTOUNI
 
  Dossier
 
L'expérience marocaine en matière de réalisation des petits barrages

 
   
  Chronique
 
Révolution solaire...
Hafid FASSI FIHRI

La femme de César
Par Naïm Kamal

Palestine : Y aura-t-il espoir d’un Etat
Par Ali BENADADA
 
  T�l�gramme
 

Après le lancement des travaux de grande envergure, voilà que l’on commence à construire carrément esuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 L'expérience marocaine en matière de réalisation des petits barrages
 «Le Maroc un cas d'école unique dans la coexistence entre juifs et musulmans»
 En attendant les play-offs...
 Des artistes peintres marocains exposent à Fès leurs regards sur l’art contemporain espagnol
 La femme de César
 Débit et coupure
 Les hackers rémunèrent les diffuseurs de programmes malveillants
 Clin d’œil sur le panier
 Session de formation d’interprètes
 Un nouveau régulateur des télécommunications pour l’UE


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems