Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Technologie   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Ramadan   |   Tribune du Consommateur   |   Société et Justice   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
   
 
        Cinéma
 CINE-MEMOIRE
Quand OSS 117 défie James Bond
 
Apparu en roman avant James Bond et relancé au cinéma par le même James Bond après un faux départ, 0SS117 est, en Coplan et X13, la réponse tricolore à la montée en puissance du commander 007. Sous l’identité d’un espion américain qui n’a de français que le nom : Hubert Bennisseur de la Bath.

La question se pose d’emblée : qui d’entre le Français Jean Bruce et le Britannique Ian Fleming s’est jeté le premier sur le marché de l’espionnage littéraire ? L’un avec Hubert Bonnisseur de la Bath, alias OSS 117, l’autre avec James Bond, alias 007. Jean Bruce précède Ian Fleming de quatre ans avec en 1949, la parution de « Tu parles d’une ingénue », roman d’espionnage suivi de 88 autres le premier James Bond, « Casino Royal » n’arrive qu’en 1957.
Tour à tour, employé de mairie, acteur de théâtre, imprésario, agent d’un réseau de renseignements, inspecteur de la sûreté... de son vrai nom Jean Brochet, Jean Bruce fabrique avec OSS 117 le moule dans lequel 007 sera coulé. Enfant de la guerre froide, élégant et séducteur, changeant de nom comme de smoking, OSS 117 œuvre pour la CIA. D’ascendance aristocratique française, il porte occasionnellement, à l’instar de James Bond, l’uniforme, boit sec, cogne dur et use de quelques gadgets électroniques dans les nombreux pays qu’il visite à des fins professionnelles.
Son succès en libraire et en gare, en fleuve noir puis aux presses de la cité, atteint des ventes et des tirages si importants que Jean Bruce rédige jusqu’à douze « OSS 117 » par an. Il en aurait beaucoup écrit si, en 1963, il ne s’était pas tué au volant de sa Jaguar. Pourtant, avec Jean Bruce, ne disparaît pas Hubert Bonnisseur de la Bath car, dès 1964, sa veuve prend le relais. Elle publie pas moins de 143 «OSS 117 » avant que ses enfants ne lui succèdent en 1987, deux ans après sa mort avec 24 romans d’espionnages supplémentaires. Fin de règne cinq ans plus tard avec le bien nommé « OSS 117  prend le large ».
Au cinéma , si l’imminence du premier James Bond souffle en 1962 à Andre Hunebelle l’adaptation d’un OSS 117, Huber Bonnisseur de la Bath n’attend pas que Sean Connery étreigne Ursulandress pour ses hasarder à l’écran. Début 1957, il apparaît sur les écrans dans « OSS 117 n’est pas mort » sous les traits du Suisse Ivan Desny et sous la direction de Jean Sacha. Un tour d’essai, un premier long métrage et OSS 117 met déjà les voiles, dissuadé de retour par l’hégémonie des barbouzes vedettes du moment.
Si OSS 117 tente et rate l’aventure cinématographique, avant son rival James Bond, il doit attendre que celui-ci fasse ses preuves avec « Dr No » pour se risquer à un come-back. Chauffé par la virilité de Sean Connery, Ursula Andress de l’onde et la paranoia du péril mondial, le public accueille cette fois Hubert Bonnisseur de la Bath en nombre. Un succès dû à la réactivité d’Andre Hunebelle qui n’attend pas que « James Bon contre Dr No » sorte dans les salles pour ficeler « OSS 117 se déchaîne ». Le premier tombe en mars 1963, le second à peine trois mois plus tard.
Rapide à la détente et intimement en phase avec les goûts et attentes du public, Andre Hunebelle commet cependant une erreur il refuse à Sean Connery le rôle de Hubert Bonnisseur, lui préférant un américain certes beau gosse, mais un peu folet.
Un certain Kerwin Matthews jusque là animateur de quelques films d’aventures.
Dans les rues pavées et tortueuses d’un Bona Fasio plus proche de White Chapel de « Jack L’éventreur » que de la Corse de la carte postale, OSS 117 débute sous les auspices du film noir néo-expressionniste. C’est pourtant bel et bien d’espionnage à la James Bond qu’il s’agit. Enjeu à l’intervention de l’agent secret : une technologie soviétique permettant de détecter les sous-marins atomiques que n’aurait pas désavouée le Dr No. En dépit de l’accompagnement musical de Michel Magne et de la décontraction affichée par Kerwin Matthews, le ton, donné par un prélude documentaire sur la guerre froide, et grave. Et ce n’est pas la présence de Daiel Emil Fork en agent du Kremlin qui apporte un peu de fantaisie.
De jolies filles, des vilains en abondance, un peu de tourisme, le péril rouge, un héros charmeur. Rien ne manque au cahier des charges du petit espion illustré.
16/1/2010
Lu 2917 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Réponses aux questions du week-end dernier
A méditer

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Le Maroc ne peut attendre indéfiniment
Dans le discours Royal annonçant la mise en place de la commission consultative de la régionalisati
Mohamed IDRISSI KAÏTOUNI
 
  Dossier
 
“L’Opinion” ouvre le dossier de la circulation et du transport par bus dans la capitale

Asmâa RHLALOU et Ahmed NAJI

Pilote de l’armée de l’air marocaine, Ali Atmane fut séquestré pendant 26 ans
1976, avec son fils,  un an avant sa capture.
Saïd AFOULOUS
1976, avec son fils, un an avant sa capture.
 
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Pilote de l’armée de l’air marocaine, Ali Atmane fut séquestré pendant 26 ans
 “L’Opinion” ouvre le dossier de la circulation et du transport par bus dans la capitale
 Présentation du projet de charte nationale de l’environnement et du développement
 Réponses aux questions du week-end dernier
 A méditer
 Le 16 janvier, Journée nationale de l’œuf « L’œuf et la santé alimentaire au Maroc »
 Coopération bilatérale entre Chine et Maroc en matière de développement
 Acteurs de la société et citoyens invités à participer au débat à travers les régions et à formuler leurs suggestions
 Amélioration de la retenue des barrages et satisfaction des besoins d’irrigation des grands périmètres
 Quand le tiers-monde s’éveille


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems